Vous êtes ici

Les mammifères

 

Sommaire :Un jeune renard du Queyras

 

La petite faune de la montagne

Ici, campagnols, musaraignes et souris trouvent abri l'hiver en creusant des galeries sous la neige. Sont présents également la jolie hermine (qui mue en hiver pour devenir blanche), le gracieux écureuil, le renard, le lièvre, variable ou non, et le blaireau.

HermineUn écureuilUn jeune renard des Hautes AlpesUn lièvre variable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le blaireau

Un blaireau

 

 

 

Le blaireau est avant tout nocturne et crépusculaire s’il n’est pas dérangé. Très prudent, il sort de son terrier avant la nuit entre mai et août.
Il n'est pas rare de le voir la nuit dans le Queyras traversant les routes.

 

 

 

 

 

La marmotte

Dame marmotte. On voit beaucoup de ses congénères à Saint-Véran sur le sentier qui conduit à la mine de cuivre

 

 

Petite préférée de tous nos visiteurs, accordons-lui une place spéciale !
En été, il est facile de repérer les marmottes, et de les voir. A l' approche d'un danger, ou d'un promeneur, elle lance en effet un cri strident . Ce cri sera différent selon qu'il s'agit d'un importun ou d'un prédateur.

La marmotte est un mammifère qui vit en colonies familiales d'une quinzaine d'individus. Elle creuse des réseaux de galeries et de chambres dans les pâturages et n'en sort que pour se nourrir. Les sorties de terrier et autres éminences servent de poste d'observation pour guetter les prédateurs - rapaces et renards essentiellement. Lorsque la vigie en aperçoit un, son cri d'alarme alerte les membres du groupe qui plongent alors instantanément dans le terrier.

La marmotte hiberne pendant près de six mois, et passe le plus clair de l'été, jusquà début octobre, à accumuler des réserves de graisse. Ainsi, pendant cette période elle peut doubler son poids et atteindre 8 kg.     

 

 

 

La grande faune

La " Grande Faune" des Hautes Alpes est bien représentée dans le Queyras.
Les mammifères les plus visibles et les plus connus sont certainement le mouflon, le chamois et le bouquetin. Mais on y rencontre depuis quelque temps communément le chevreuil et le cerf.
Chamois et mouflons cohabitent volontiers sur les mêmes territoires mais le bouquetin, lui, préfère des altitudes plus élevées, et ne se mèle pas aux autres populations. Depuis quelques années on le voit avec plaisir réinvestir les pentes du Queyras d'où il avait complètement disparu, victime d'une chasse intensive pour de prétendues vertus médicinales attribuées à toutes les parties de son corps... Il est désormais protégé.

 

 

Le cerf

Deux cerfs des Hautes Alpes qui se battent au moment du rut

 

Le cerf avait disparu du Queyras mais, il y a une quinzaine d'années, il est revenu et s'est installé solidement. Il n'est pas rare de voir cerfs et biches aux environs des Escoyères à Arvieux.
Au moment du rut les mâles s'affrontent dans des combats qui peuvent parfois entraîner la mort de l'un d'eux.

 

 

 

 

 

 

 

 

Un chevreuil

Le chevreuil

Si le chevreuil n’était pas présent il y a encore une vingtaine d’années dans les vallées des Hautes Alpes, il est maintenant bien établi avec une population en hausse régulière.
Comme le cerf, avec qui il est souvent confondu, le chevreuil a des bois qu’il perd chaque automne. Pendant l’hiver, le chevreuil revêt un long poil gris et dru tandis qu'au printemps il adapte un pelage roux orangé. Il mue donc deux fois par an.
Il est courant de l'entendre réer à la tombée du jour.     

 

 

 

 

Le Chamois

 

Le chamois

Avec une espérance de vie de 15 à 20 ans, le chamois vit dans les zones rocheuses : suivant la saison, il évolue entre 800 et 3000 m d’altitude. Herbivore, son poids peut varier de 25 à 40 kg, jusqu’à 60 kg parfois !
La couleur de son pelage change selon les saisons, brun foncé en hiver et beige en été.
La période de reproduction a lieu aux mois de novembre - décembre et les mises bas en mai - juin. Une femelle peut mettre au monde jusqu’à 2 chevreaux, la durée de gestation est de 165 à 175 jours.

 

 

 

 

Mouflon

 

Le mouflon

Proche parent de notre mouton domestique, le mouflon est un mammifère au dimorphisme sexuel très marqué. Son habitat préféré est plutôt localisé à la basse et moyenne montagne et principalement aux pentes sud. En hiver, il fréquente les adrets où la neige fond rapidement et a tendance à se rapprocher de l'homme.
Dans le Queyras, on peut facilement l'observer du côté d'Arvieux, en hiver et au printemps. Importé de Corse par les chasseurs, il est peu adapté à la neige profonde et constitue une proie facile pour le loup...

 

 

 

 

Un bouquetin

 

Le bouquetin

 

Le bouquetin est très bien adapté au milieu montagnard, se déplaçant avec beaucoup d'aisance sur les vires et les pentes abruptes. Mâles et femelles vivent séparés une grande partie de l'année sauf en période de reproduction où les mâles vont se livrer à de violents et spectaculaires combats pour la conquête des femelles. Assez placides en général, ils se laissent assez facilement approcher, et c'est un grand moment que de cotoyer ces gros mammifères qui peuvent atteindre 100 kg.
Il n'est pas rare de le rencontrer à proximité du col Agnel sur le territoire de Ristolas.

 

 

Un lynx

 

Le lynx

Le lynx, ce mammifère magnifique, a été lui aussi longtemps victime d'une mauvaise réputation largement infondée. C'est un prédateur nocturne et solitaire, actif du crépuscule au lever du soleil mais rarement observé. Il a cependant été vu récemment dans le Queyras.
C'est un animal protégé depuis le 19 septembre 1979
Dans les Alpes, après s'être établi dans le nord du massif, de la Haute-Savoie à la frontière de l'Isère et de la Drôme, le lynx a étendu son domaine vers le sud où il a finalement rejoint le territoire du loup dans les Hautes Alpes. Aujourd'hui, l'installation du lynx dans le nord du massif est bien confirmée et des reproductions sont avérées.

 

 

Un loup

 

Le loup

De toute la faune aucun mammifère n’a été aussi méconnu, craint, et persécuté à travers l’histoire, que le loup. Totalement éradiqué par l’homme en France à la fin des années trente, le loup a fait sa réapparition en 1992 dans le Parc du Mercantour. Dans les Hautes Alpes, en particulier dans le Queyras, il est revenu par l'Italie toute proche. Il y aurait actuellement deux meutes sur le secteur, comptant entre 5 et 7 individus chacune, sachant que ces meutes naviguent entre la France et l'Italie. Les moutons sont désormais mieux protégés par les patous, et parqués la nuit : les éleveurs ont ainsi à déplorer moins d'attaques ces dernières années, et les pertes sont indemnisées, même si cela ne dédommage pas entièrement le traumatisme subi par le troupeau... et son berger.

 

 

Un dahut

 

Le dahut

Le dahut (ou dahu) est un mammifère brun-gris dont la principale caractéristique (outre le fait d'avoir quatre pattes) est que deux de ses quatre pattes sont plus petites que les deux autres (celles de gauche ou celles de droite, ou encore celles devant ou celles de derrière). L'espèce aux pattes avant plus courtes n'est connue dans les Hautes Alpes que par de très rares fossiles. Elle a disparu au permien moyen supérieur. Ne pouvant que monter, ce type de dahut est mort de faim quand il est arrivé au sommet. De nos jours il existe deux espèces bien marquées : le dahut lévogyre (qui tourne à gauche) et le dahut dextrogyre (qui tourne à droite). Ils ne s'hybrident que très rarement dans la nature (seuls quelques rares cas de copulations acrobatiques ont été observés).

 

 

 

Reportage sur le dahu | Animal imaginaire par BSmax

 

 

Visitez le musée de la faune du Queyras

Vous pourrez voir à l'Arche des Cîmes à Ristolas, véritable musée de la faune et de la flore proposé par le Parc Naturel Régional du Queyras, tous les animaux diurnes et nocturnes des Hautes Alpes

Galerie photos