Vous êtes ici

Fort Queyras

Fort Queyras, un château fort médiéval revu par Vauban.

Sommaire :

 

Un oppidum devenu château fort

Fort-Queyras poste avancé des Hautes Alpes

 

 

Il est vraisemblable que le verrou glaciaire de Fort-Queyras à Château-Ville-Vieille a été occupé depuis la plus haute antiquité par un oppidum qui contrôlait la vallée du Guil et permettait de surveiller les incursions susceptibles de venir de l'amont, c'est à dire d'Abriès et Ristolas. Mais son existence n'est attestée qu'à partir du Moyen-Âge. Il s'agit alors d'un château fort seigneurial qui, dans les documents du XIIIe siècle, est nommé castrum quadratum, d'où l'hypothèse selon laquelle le Queyras était la région controllée par ce castrum quadratum, ce château carré.

 

 

 

 

 

Fort-Queyras pris par Lesdiguières

Lesdiguières vainqueur de Fort-Queyras en 1587

 

Au XVIe siècle, Fort-Queyras est le théâtre de combats entre catholiques et protestants et en 1587 il est pris par Lesdiguières, chef des Huguenots du Dauphiné. En 1613, celui-ci devenu Maréchal de France et Lieutenant Général du Dauphiné, ordonne une enquête sur l'état du fort qui, d’après le Sr de l’Argentière, “par l’injure des temps et violence des ventz“, est inhabitable. “Les murailhes sont extrêmement affoiblies, et y pourroit arriver du préjudice au service du Roy, s’il n’y est remédié“. En effet la liste de tout ce qui est "rompu, percé, pourri et ruyné, qu’il seroit nécessaire réparer " à Fort-Queyras est fort longue.

 

 

 

 

Catinat au secours de Fort-Queyras

Des machicoulis

 

Au siècle suivant, suite à l'invasion du Dauphiné par les troupes du Duc de Savoie en 1692, Fort-Queyras résiste à 800 assiégeants avec sa garnison de 50 hommes. Au cours d'une sortie, les assiégés tuent 60 ennemis et font de nombreux blessés dont 6 officiers. L'arrivée de Catinat dans le Queyras, descendant de Péas, suffit à mettre en fuite les survivants qui s'échappent par Molines-en-Queyras et Ceillac. Il est vrai qu'il est accompagné de plusieurs milliers d'hommes. Il ordonne immédiatement des travaux d'amélioration du fort...

Les mâchicoulis sont des ouvertures carrées ou de larges rainures pratiquées dans le sol du chemin de ronde d'une tour ou d'une enceinte, et permettant d'en défendre le pied en laissant tomber des pierres, des pièces de bois ou des matières brûlantes.

 

 

Vauban remanie Fort-Queyras

Vauban prescrit divers travaux pour renforcer Fort-Queyras

 

 

... mais c'est Vauban qui en 1700 prend véritablement les choses en main. Soucieux de construire sa "ceinture de fer" de fortifications qui protégeront effectivement le royaume pendant un siècle, il inspecte Embrun et Fort-Queyras. De celui-ci il déclare qu'il "ne doit estre estimé qu’à l’épreuve du mousquet". Il prescrit divers travaux, notamment la construction de l'enceinte fortifiée équipée d'échauguettes et de mâchicoulis et celle de la demi-lune qui protège la porte du fort.

Depuis le fort n'a jamais été sérieusement assiégé. Désarmé de 1940 à 1944, Fort-Queyras est resté propriété de l’armée jusqu’à la fin des années 1960.

 

 

 

 

 

Fort-Queyras, sentinelle des Hautes Alpes, surveille la haute vallée du Guil vers Abriès et Ristolas.Fort Queyras (Hautes Alpes) Fort-Queyras au blanc manteau

Galerie photos