Vous êtes ici

Queyras - Pays de montagnes

A ne pas manquer : Jeudi 20 Juillet arrivée du Tour de France au col d’Izoard côté Arvieux.

 

 

 

On compte dans le Queyras 28 montagnes dépassant 3000 m

Le Mont Viso (3 841 m) près de Ristolas (Queyras), la plus haute montagne des Alpes du sud.

Sommaire

 

 

Un massif montagneux des Hautes Alpes

Le Pain de sucre à Ristolas (Queyras) et le Pic d'Asti, deux montagnes à la frontière des Hautes Alpes avec l'Italie

 

Le Queyras, est le massif montagneux des Alpes du Sud situé à l'extrémité Est du département des Hautes Alpes aux confins de l'Italie.

Il est constitué du bassin du Guil, un affluent de la rive gauche de la Durance, avec ses quatre vallées (voir le panorama du Queyras) :

  • du Guil avec de l'amont vers l'aval les villages de Ristolas, Abriès, Aiguilles-en-Queyras et Château-Ville-Vieille,
  • d'Izoard, qui descend du col du même nom, avec le village d'Arvieux,
  • des Aigues, Aigue Blanche et Aigue Agnelle, avec Saint-Véran, la commune la plus haute d'Europe, et le village de Molines-en-Queyras,
  • du Cristillan avec le village de Ceillac.

Randonnée aux pieds de la Tête des Toillies à Saint-Véran (Queyras)

 

 

 

Il ne compte pas moins de 28 montagnes dépassant 3000 m. La montagne la plus haute du Queyras est le pic de la Font-Sancte (3385 m) à Ceillac en bordure des Alpes de Haute Provence. Viennent ensuite le pic de Rochebrune(3325 m) à Arvieux et le Bric-Froid (3302 m) à Abriès. Le Pain de sucre à Ristolas, le Pic d'Asti à Ristolas également ou la Tête des Toillies à Saint-Véran sont des montagnes qui culminent de 3175 à 3208 m.

Le Queyras plus de vingt lacs, dipersés dans la montagne, aux eaux d'une grande pureté dès lors que l'altitude est supérieure à 2500 m. Certains sont très avenants, d'autres plus sombres. Tous sont des destinations de randonnée comme le lac de Clausis à Ceillac ou le lac de Souliers à Château-Ville-Vieille.

 

 

 

 

 

 

Le Pic de Rochebrune à Arvieux, deuxième montagne la plus haute du Queyras (Hautes Alpes).Lac de Clausis (2441 m) à Ceillac (Queyras) Le Lac de Souliers(2492 m), joli lac de montagne à Château-Ville-Vieille (Queyras)

 

Casse-Déserte l'hiver, sur la route du col d'Izoard à Arvieux (Queyras), transformée l'hiver en piste de ski de fond

 

 

 

Le Queyras s'adosse au Mont Viso (3841 m) qui est la plus haute montagne des Alpes du Sud. Le Guil y prend sa source, comme son grand-frère le Pô. Le sommet du Mont Viso est en Italie. Après avoir recueilli les eaux du massif, le Guil s'échappe du Queyras à l'ouest en direction des Hautes Alpes, en franchissant la barre calcaire qui le verrouille par des gorges impressionnantes qu'emprunte la route vers Guillestre. Cette route est la seule qui soit ouverte l'hiver. Les deux autres accès, en provenance de Briançon (Hautes Alpes) par le col d'Izoard (2361 m) à Arvieux et de l'Italie par le col Agnel (2744 m) à Molines-en-Queyras sont fermés de Novembre à Mai selon l'enneigement.

 

 

 

Une longue lutte contre la montagne

Vers le col Lacroix (2 299 m) entre Ristolas (Queyras) et le Val Pellice en Italie. La montagne a été plus forte que le chalet.

 

 

 

L'histoire du Queyras est celle d'une longue lutte contre la montagne, contre ses avalanches brisant forêts et maisons, contre ses sécheresses de l'été, contre ses torrents qui par leurs crues dévastatrices n'ont cessé d'emporter chemins, ponts et passerelles. Les relations entre le Queyras et Guillestre dans les Hautes Alpes se sont faites longtemps par des sentiers au dessus des gorges dont on voit encore des vestiges vertigineux accrochés à la falaise.

 

 

 

Le col Agnel à Molines en Queyras, col routier entre les Hautes Alpes et l'Italie

 

 

 

De ce fait le Queyras commerçait plus facilement avec l'extérieur en empruntant des cols tels que le col Garnier (2279 m) à Arvieux vers Guillestre dans les Hautes Alpes, le col des Ayes (2477 m) à Arvieux vers Briançon (Hautes Alpes), le col Lacroix (2299 m) à Ristolas vers le Val Pellice en Italie ou encore le col Girardin (2706 m) à Ceillac vers l'Ubaye et Barcelonnette dans les Alpes de Haute Provence.

L'ouverture de routes empruntant le col d'Izoard à Arvieux vers Briançon et le col Agnel à Molines-en-Queyras vers l'Italie, a permis de désenclaver le Queyras.

 

 

 

Une montagne préservée

Lac Baricle à Ristolas (Queyras)

 

Ces difficultés d'accès ont eu pour effet de préserver le caractère rural du Queyras et de le protéger contre les effets de l'industrialisation. Aujourd'hui il forme un territoire unique dans les Hautes Alpes, et plus généralement dans les Alpes du Sud, pour la beauté de ses paysages de haute montagne, pour sa géologie, la richesse de sa flore de montagne, notamment ses orchidées, l'abondance de sa faune que le Parc Naturel Régional du Queyras a pour mission de protéger sans pour autant être un obstacle à l'activité des hommes. De ce fait il a conservé ses traditions plus longtemps que d'autres régions, et de toutes ses communes, c'est peut être Arvieux, restée à l'écart des voies de communication jusqu'en 1897, date de l'ouverture de la route actuelle par le col d'Izoard, qui a le mieux conservé les siennes.

 

 

 

 

 

Des activités de pleine nature

A Molines (Queyras) l'accrobranche fait la joie des enfants et des ados.

 

 

 

 

Dans cette nature préservée la randonnée en montagne est reine, qu'elle soit pratiquée à pied ou à ski. Les destinations sont variées ; cols, lacs de montagne, sommets. Chacun peut trouver la randonnée qui convient à son endurance et à sa technicité. Le ski alpin, le canyoning, les raquettes, la cascade de glace, les via ferrata, l'accrobranche sont autant de façons de s'imprégner de la nature.

 

 

 

 

Terre d'émotion, terre de traditions, terre dont la nature a gardé sa richesse, le Queyras est aussi, dans les Hautes Alpes, une terre d'accueil pour des vacances à la montagne. Avec le développement du tourisme il a ouvert ses maisons, transformé ses étables voûtées, aménagé ses fenières pour accueillir les vacanciers. Ses habitants ont eu à coeur de construire des remontées mécaniques, finançant les premières de leurs propres deniers, de façon à permettre à leurs hôtes de faire du ski dans leurs stations villages restées encore aujourd'hui de taille humaine, où les attentes au remonte pente sont limitées et le plaisir constant.

 

Galerie photos